Quatre nuances de France – Collectif

bm_CVT_Quatre-nuances-de-France_7169

J'adore

Résumé : Ce livre fait dialoguer quatre hommes qui n’ont pas l’habitude de se parler : un journaliste de renom, un diplomate ancien ambassadeur en Algérie, un Algérien sans papiers vivant en France et un fonctionnaire ayant la double nationalité. Ils envisagent le vivre ensemble républicain français et son avenir entre Français de souche et Français issus de l’immigration algérienne.

Sans titre 1

Voilà un livre que je n’aurais pas lu, même pour mon plaisir. Mais comme c’est le domaine d’étude de ma mère et que c’est un sujet d’actualité, je vous propose de lire ce qu’en a pensé ma mère !

Tout d’abord ce livre est un récit d’une rencontre entre un ancien ambassadeur de France à Alger (Xavier Driencourt), un sans-papiers venu d’Algérie (Nacer Safer), un enfant de banlieue devenu conseiller politique (Karim Bouhassoun), un journaliste de télévision et ancien membre du CSA (Rachid Arbab).

Passionnant, le témoignage issu de quatre hommes d’horizons différents mais incarnant la valeur Républicaine au-dessus de tout. Leur réflexion commune sur l’immigration, la nationalité, la religion, le vivre en ensemble, le décalage entre le peuple et les élites.

France-Algérie, Algérie-France,  les deux pays sont reliés par l’histoire et surtout par deux peuples qui souhaitent croire à un avenir ensemble.

La liberté même comme nous dit Nacer , «même clandestin je me suis toujours senti libre ».

L’égalité des chances, elle est chère à Karim, ce livre nous montre que les enfants issus de l’immigration peuvent réussir, voire même faire part de l’élite. La clé l’instruction, l’ouverture de grandes écoles à tous.

La fraternité de Xavier surtout le respect de l’autre malgré ses différences politiques, religieuses ou autres.

« Dans quel autre pays que la France, une telle rencontre aurait-elle pu avoir lieu ? Serons-nous capables de relever le défi ? » L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagne. Une grande agrégation d’hommes, saine d’esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s’appelle une nation.

Ernet Renan.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s