Quelques minutes après minuit – Patrick Ness

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

J’ai d’abord entendu parler de l’adaptation du livre au cinéma avant le livre lui-même. Et j’ai eu l’énorme chance de recevoir la version illustrée et complétée par des images du film, des interviews avec les acteurs et des textes sur l’auteur, l’éditrice et l’illustrateur qui évoquent également Siobhan Dowd qui a eu l’idée du roman.

Quelques minutes après minuit c’est l’histoire de Conor, un jeune garçon de treize ans dont la maman est atteinte d’un cancer. Une nuit, à 00h07, un monstre apparaît. Ce monstre fait d’if va alors lui raconter trois histoires et Conor devra ensuite raconter une quatrième histoire.

Je pensais que ce livre ferait peur. J’avoue avoir eu peur dans les premières pages à cause du monstre (bon, surtout parce que je le lisais à minuit et que les branches cognaient contre ma vitre) mais c’est vite passé car le monstre n’est pas en fait pas un monstre bien méchant.

J’ai compris rapidement de quoi il était question. Un garçon, sa maman avec un cancer, bref, je ne m’attendais pas à ce que ce soit très joyeux. Pourtant, il y a eu des moments où j’ai ris. Le reste du temps, j’ai bien pleuré (oui, je suis super émotive).

Très franchement, j’ai été surprise par ce court roman. Plus qu’une histoire adressée aux enfants, elle est pour tous et s’accompagne d’une morale dure à reconnaître : on peut penser à deux choses contradictoires. Et c’est à cause de cette dure réalité que le monstre est appelé par Conor. C’est au travers de trois histoires au dénouement surprenant que le monstre lui apprend cette réalité et cette morale. Je pense que ce monstre est sorti de l’imagination de Conor pour qu’il accepte la réalité de l’état de sa maman et qu’il ne s’en veuille pas de se sortir seul à cause de la maladie de sa maman. C’est surtout à l’école qu’on voit la solitude de Conor. En effet, presque aucun de ses camarades ne lui adresse la parole et avec la maladie de sa maman et l’arrivée contrariante de sa grand-mère, il se sent seul plus que jamais. Et il en a marre d’être invisible.

C’était un court roman qui traite un sujet dur et triste mais l’auteur a réussi à le traiter avec une justesse belle et poétique à en pleurer et à en faire un roman poignant que je n’oublierais pas de sitôt. D’autant plus que l’édition que j’ai est magnifique avec des illustrations sombres mais qui vont tellement bien avec le texte. Bref, j’ai passé un très très bon moment et j’ai adoré la façon dont le récit est construit, avec l’évolution de Conor.

Publicités

4 réflexions sur “Quelques minutes après minuit – Patrick Ness

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s