Felicity Atcock, tome 6 : Les anges voient rouge

Je n’ai jamais été une grenouille de bénitier, mais je me souviens très bien des grandes lignes de la religion qui affirment que Dieu est omnipotent, omniscient, omniprésent et… immense. Sauf qu’à en croire l’individu petit, chauve et rabougri qui se tient devant moi, il doit y avoir erreur sur la marchandise.

Dans le cas contraire, si ce type est bel et bien le Tout-Puissant comme il le prétend, il va apprendre de quel bois je me chauffe.

Même affronter l’enfer ne me fait pas peur. On n’avait qu’à pas m’enlever l’homme que j’aime.

Le sixième et dernier tome est enfin sorti ! Et il est déjà lu !

Bon premier verdict, c’est une bonne fin de saga mais avec quelques répétitions et une fin qui aurait mérité d’être plus approfondie pour être vraiment exceptionnelle.

Malgré tout, j’ai apprécié retrouver Felicity, son optimisme et ses petites piques bien sentie. On reprend la saga là où elle s’était arrêtée, c’est-à-dire, le face à face entre Dieu et Felicity. Au final, Felicity a une chance de retrouver son grand amour et c’est de là que repartent les aventures de Felicity. De fil en aiguille, elle découvre une nouvelle espèce et on lui fait pas mal de confidences ! Et surtout, on découvre, avec elle, que Satan a encore beaucoup de projets pour la Terre et avec Satan, cela se traduit par une violence phénoménale. Il y a surtout un passage que je retiendrai qui fait vraiment mal au cœur (et qui se passe pas loin de chez Féli!)

Dans la lignée des précédents tomes, ce dernier tome n’est pas très épais et j’avoue que j’aurais aimé qu’il soit un peu plus gros. Avec les répétitions de scènes, c’est la seule chose que j’ai à reprocher à cet ultime tome. En tant que fan et même si la fin était pas trop mal, j’aurais aimé en savoir plus dans l’épilogue qui m’a vraiment laissé sur ma faim.

Ça fait très longtemps que j’ai commencé cette saga et j’avoue avoir eu un petit pincement au coeur quand je me suis rendue compte que c’était sûrement la dernière fois que je les retrouvais même si la fin laisse envisager une suite dans le même univers, sûrement avec le fils de Felicity. J’oublierai jamais le fait que Felicity soit celle qui m’a donné envie de lire plus de bouquins avec des gens, des démons (et des entre-deux!). C’est aussi grâce à elle que j’ai pu trouver Charley Davidson qui a (presque) le même humour qu’elle… Bref, tout ça ne s’oublie pas ! Je remercie Felicity mais en fait, c’est Sophie Jomain que je devrais remercier. Sophie, on ne s’est jamais rencontrée (même si je vous ai déjà entre aperçue au Salon du Livre de Paris) mais merci de m’avoir fait découvrir les aventures de Felicity !

Publicités

Une réflexion sur “Felicity Atcock, tome 6 : Les anges voient rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s