Black Wings, tome 1 – Christina Henry

Prix : 2.99€ (Numérique), 7.901€ (Poche)
Edition : Milady
Date de sortie
: 20/03/2019

Rien de tel qu’être agente de la mort pour vous pourrir la vie.

Pour Madeline Black, escorter les défunts dans l’au-delà est un travail à toute heure et très mal payé. Certes, on y gagne des pouvoirs magiques et une paire d’ailes impressionnantes, mais aussi un patron exaspérant, une gargouille grincheuse à supporter, et bien des factures impayées. Les choses semblent s’améliorer lorsque le séduisant Gabriel Angeloscuro s’installe dans l’appartement au-dessus du sien… jusqu’à ce qu’un monstre terrifiant ravage les rues de Chicago, et que Maddy se découvre des pouvoirs inconnus, liés à un héritage dont elle ignore tout et qui fera d’elle la cible de tous les feux de l’enfer et du paradis.

On m’a conseillé à sa sortie cette saga mais j’avais un peu peur au vu de sa couverture de tomber sur quelque chose de pas très intéressant avec du cul, du cul, du cul. Au final, pas du tout et j’en suis contente ! Mais ça ne suffit pas à en faire un bon tome 1.

Le métier de Madeline m’a beaucoup fait penser à Charley Davidson (une ressemblance annoncée et assumée) puisqu’elle est elle aussi une faucheuse mais la ressemblance s’arrête à son métier (sa vocation ?) ! Je n’ai pas retrouvé l’humour totalement décalé de Charley Davidson qui, à mon avis, sera difficile à égaler. L’intrigue tourne autour d’un démon qui a tué sa mère et qui empêche les âmes de passer la Porte, qui s’apparente aux Portes du paradis. Mais très vite, Madeline est confrontée à toute une hiérarchie de démons que j’ai parfois eu du mal à comprendre surtout au niveau de leurs liens familiaux. De ce que j’en comprends, Gabriel est de la même famille que Madeline. Bon ils ont sûrement des liens de sang bien dilués mais ça au final, on ne sait pas précisément !

En tout cas, la mythologie entourant les faucheurs était intéressante, faire de la mort une grande entreprise gérée par des gratte papiers était plutôt pas mal ! Concernant les démons, on retrouve les histoires classiques avec Lucifer et ses comparses.

Sinon pour les personnages, Madeline est décrite comme une trentenaire qui peine à payer ses dépenses mais le truc gênant, c’est le l’accent est mis sur sa… virginité. Franchement, on s’en fiche totalement qu’elle soit vierge à 30 ans donc était-ce vraiment nécessaire d’en parler encore et encore ? Et si je n’avais pas lu que Madeline a 30 ans, je ne lui aurais JAMAIS donné cet âge.

Gabriel est tout d’abord un homme bien mystérieux, qui décide de louer l’appartement appartenant à Madeline. Mais bien trop vite, il se dévoile et ce qu’il dévoile le rend vraiment moins intéressant. En fait, plus on avance dans le roman et plus ressemble à bon petit toutou bien dressé… Et sa relation avec Madeline est tellement rapide ! Pourquoi ne pas prendre le temps d’apprécier les choses avant de se sauter dessus ? Surtout qu’arrive très vite le classique cliché de la relation interdite mais aussi le triangle amoureux qui va sûrement être développé dans les prochains tomes.

En bref, j’ai pris du temps à finir ce roman et même si tout est loin d’être négatif, je ne pense pas continuer cette saga.

Une réflexion sur “Black Wings, tome 1 – Christina Henry

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s