Until the end – Laura S. Wild

Prix : 7.99€ (Numérique), 17€ (Papier)
Edition : Hugo Roman
Collection : New Romance
Date de sortie
: 05/09/2019

Un soir d’octobre, alors que Mila rentre chez elle, sa vie bascule. Quelqu’un l’attend en bas de son immeuble. Une main se plaque sur sa bouche, et un 4X4 l’emporte… Mila vient d’être enlevée.

Lorsqu’elle revient à elle, la jeune femme s’aperçoit qu’elle est séquestrée et coupée de tout, sans comprendre pourquoi elle a été prise pour cible. Qui est son ravisseur ? Que lui veut-il ?

Retenue dans un endroit isolé, elle va devoir apprendre à vivre avec Carter, l’homme chargé de la surveiller, qui la trouble autant qu’il la terrifie.

Pour Carter, Mila n’est qu’un contrat de plus à honorer. Sa mission est simple : l’enlever, la maintenir prisonnière puis la relâcher une fois la rançon payée. Mais il commet une erreur qui va tout bouleverser : quelque chose chez sa captive lui fait baisser la garde. Et il laisse malgré lui un lien se créer entre eux…

Tandis que leur cohabitation forcée se prolonge, Carter et Mila en découvrent chaque jour davantage l’un sur l’autre et la jeune femme réalise que malgré les apparences, son ravisseur porte un lourd fardeau et qu’il est peut-être prisonnier autant qu’elle.

Et si l’amour pouvait les libérer ?

Je ne vais pas te le cacher, quand j’ai commencé ce roman c’est surtout parce qu’il me faisait penser à une duologie qui commençait de la même façon. Je trouve le syndrome de stockholm intéressant quand il est bien expliqué. Et si tu me suis sur les réseaux sociaux, cette chronique rassemble tout ce que j’ai pu dire dessus.

J’ai été mal à l’aise durant tout le roman à cause d’un seul personnage : Carter. Et il est vrai que ma chronique va se concentrer surtout sur lui parce qu’il m’a marqué. Mais pas de manière positive.

Carter est complètement obsédé par Mila. Il faut absolument qu’elle lui tienne la main quand ils sont à l’extérieur et ce pour des raisons totalement externes à son kidnapping. Enfin je dis « raison » mais on ne nous donne pas de vraies raisons pour son comportement. Et si jamais un homme ose parler à Mila, malheur à lui parce que Carter ne supporte pas ça non plus. En fait pour Carter, Mila ne doit avoir qu’un homme jusqu’à la fin (Until the end si tu es bilingue) et c’est forcément lui.

Il y a pleins de citations qui illustre l’obsession de Carter et je pourrais t’en donner une multitude mais en voici quelques une déjà : « Je devais la sauver, l’emmener loin, la garder en sécurité… la garder pour moi seul ». , « Elle est ma Mila désormais et elle le sera jusqu’à la fin. », « Tes sourires me sont exclusivement destinés, Mila. À moi et rien qu’à moi. », « Je veux que tu sois heureuse et je veux que ce soit grâce à moi. », « je veux qu’elle rende les armes et qu’elle comprenne, qu’elle reconnaisse qu’elle sera à moi pour le restant de sa vie. » Alors OK, je suis la première à le reconnaître, sans le contexte du roman ce sont des phrases banales qu’on peut retrouver dans n’importe quelle romance MAIS avec le contexte et la personnalité de Carter, ce genre de phrase m’a hérissé le poil. J’en avais littéralement des frissons de dégoût.

Au début, ce n’est que le comportement de Carter qui m’a gênée mais ce malaise a commencé à s’étendre à la relation Carter-Mila. Je ne comprenais pas comment elle pouvait l’embrasser et rester avec lui. J’ai du mal à voir ce roman comme de la romance parce que pour moi ce n’est pas une romance. Il n’y a rien de romantique dans le fait d’enfermer une fille sans eau ni nourriture pendant 3 jours dans une cave. Et rien de romantique quand la fille lui pardonne parce qu’il faut le comprendre, il est malade.

Petit aparté d’ailleurs, je trouve que quand on évoque une maladie dans un roman, il vaut mieux être un minimum renseigné pour pouvoir en parler avec précision et ne pas participer à la création de préjugés sur telle ou telle pathologie. Ici, et d’après mes recherches (oui, j’aime bien vérifier les informations que je trouve dans les romans), la maladie décrite diffère de ce que j’ai pu lire sur le sujet donc il faut prendre avec des pincettes ce qui est dit dans ce roman.

L’intrigue ne rattrape pas le roman malheureusement : c’était prévisible. Et le reste du roman ne porte que sur comment Mila gère Carter.

En conclusion, je réfléchis toujours au comportement de Carter et ce roman restera surement dans un coin de ma tête mais pas pour les bonnes raisons.

2 réflexions sur “Until the end – Laura S. Wild

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s