Mila Hunt – Eli Anderson

Prix : 15.99€ (Numérique), 19.50€ (Papier)
Edition : Albin Michel / Versilio
Date de sortie : 27/02/2019

Et si vous aviez le pouvoir de manipuler la volonté de ceux qui vous entourent ?

ET SI LES ADOLESCENTS PRENAIENT LE POUVOIR ?

Mila, dix-sept ans, vit dans le Centre, loin de la misère et des dangers de la Périphérie, territoire hors la loi où personne n’ose s’aventurer. Elle porte un lourd secret : elle possède un don qui lui permet d’imposer sa volonté à ceux qui l’entourent. Et elle s’est juré de ne jamais s’en servir…

Mais, quand les services secrets du Centre l’enlèvent et font peser sur elle un odieux chantage, elle n’a plus le choix : elle va devoir infiltrer la Périphérie et user de son terrible pouvoir pour en éliminer les chefs.

Elle découvre alors que, loin du sinistre ghetto qu’on lui a décrit, la Périphérie dissimule un monde fantastique dirigé par des adolescents…

Le one shot n’est pas un format facile et ça se ressent avec ce livre. Tout doit être condensé en un seul tome en rognant parfois le développement émotionnel des personnages mais aussi l’intrigue. Quand le one shot est bien fait, le résultat peut être vraiment cool mais je vais t’expliquer pourquoi ce one shot n’est pas si bien exécuté que ça. Et c’est dommage parce que Mila Hunt m’a fait penser à ces dystopies old school comme Divergent mais en beaucoup plus accéléré.

Déjà, le livre se découpe en plusieurs parties. Dans la première, on découvre Mila, sa vie et ses amis et surtout son pote en plein dans la friendzone (mais c’est pas grave, on en rigole. Le pauvre quand même) mais aussi son pouvoir, son dégoût dans son utilisation. C’est cette partie que j’ai le plus aimée. Dans la deuxième, l’action commence et Mila développe des sentiments très forts pour un garçon en moins de six jours (one-shot oblige, le temps et le nombre de pages sont comptés), nous découvrons également la Périphérie et comment les jeunes s’organisent pour faire prospérer leur démocratie qui a néanmoins des goûts de communisme. La fin de cette deuxième partie constitue la première ombre au tableau, je l’ai trouvé d’abord intéressante mais trop facile par la suite. La troisième partie part dans tous les sens et je me suis perdue dans ce que l’auteur voulait nous faire vivre.

La réflexion de l’auteur sur un monde où les jeunes auraient véritablement voix au chapitre est néanmoins criblé de trous utopiques et incohérents. Je n’ai pas compris par exemple pourquoi les adultes étaient autant aplatis face aux adolescents et surtout à quel moment les adolescents n’étaient plus considérés comme des ados mais comme des adultes ?

La fin du livre laisse planer le doute étant donné qu’elle est ouverte. Sauf que là c’est pire qu’une fin ouverte, c’est carrément l’amorce d’un second tome. Ca m’a frustré parce que livre est vendu comme one shot, donc il n’y aura pas de suite prévue. Ou peut-être que l’auteur se laisse une marge de manœuvre pour compléter le livre si jamais l’envie lui prenait. Mais le truc c’est que sans suite, la fin n’est pas compréhensible…

En bref, un roman original mais qui ne remplit par toutes ses promesses à cause de son format.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s