De Couronnes et de Gloire Tome 1 : Esclave, Guerrière, Reine – Morgan Rice

Ceres, 17 ans, fille pauvre et belle de Delos, cité de l’Empire, mène la vie dure et impitoyable d’une roturière. Le jour, elle livre les armes forgées par son père au terrain d’entraînement du palais, et la nuit, elle s’entraîne secrètement avec eux car elle désire fortement devenir guerrière dans ce pays où les filles n’ont pas le droit de se battre. Comme elle va bientôt être vendue comme esclave, elle est désespérée.

Le prince Thanos, 18 ans, déteste tout ce que défend sa famille royale. Il exècre leur traitement violent des masses, surtout la compétition brutale — Les Tueries — qui forment le cœur de la vie de la cité. Il désire ardemment se libérer des contraintes imposées par son éducation, mais l’excellent guerrier qu’il est ne voit aucune façon d’y parvenir.

Quand Ceres ébahit le public du terrain d’entraînement en lui montrant ses pouvoirs cachés, elle se retrouve injustement détenue et condamnée à vivre une vie encore pire que ce qu’elle avait pu imaginer. Éperdument amoureux, Thanos doit décider de tout risquer ou non pour elle. Pourtant, jetée dans un monde de duplicité et de secrets mortels, Ceres apprend rapidement qu’il y a ceux qui règnent et ceux qui leur servent de pions, et que, parfois, être choisie est la pire des choses qui puisse vous arriver.

ESCLAVE, GUERRIERE, REINE raconte une histoire épique d’amour tragique, de vengeance, de trahison, d’ambition et de destinée. Pleine de personnages inoubliables et d’action palpitante, cette histoire nous transporte dans un monde que nous n’oublierons jamais et nous fait retomber amoureux de l’heroic fantasy.

Une lecture en demi-teinte alors que le résumé m’avait donné très envie de le lire.

Dans un royaume qui pourrait se situer à une époque moyenâgeuse, avec un roi cruel et un peuple au bord de la rébellion, Ceres se retrouve entre deux camps : celui de son ami de toujours et celui du Prince Thanos.

Voilà un récit qui semblait plutôt intéressant. J’ai adoré les premières pages qui posent du récit et qui présentent les personnages importants. Après ces pages d’introduction, l’action devient de plus en plus présente et très rapidement, je ne savais plus où donner de la tête et quelle information retenir vu qu’il se passe beaucoup trop de choses en l’espace de quelques pages.

Ceres passe des moments très difficiles, même si elle se fait tout le temps sauver à temps ! Elle a vraiment une de ces chances ! J’en suis même venue à regretter cette facilité dans ses sauvetages, laissez-la un peu dans la merde et elle recommencera sûrement ce qu’elle a fait au début du bouquin (scène que j’ai adoré d’ailleurs !) parce que là, le complexe de la demoiselle en détresse (alors qu’elle sait se battre !) commence à lui monter à la tête… Toutes les dix pages, Ceres se fait capturer, emprisonner et même condamner à mort pour être sauvée quelque page plus loin… Forcément l’auteure n’allait pas tuer son personnage dès sa première capture mais que c’est énervant quand elle se fait TOUT le temps capturer !

En plus de ces captures incessantes, Ceres est coincée entre l’amour pour son ami d’enfance, Rexus et l’amour pour le Prince Thanos. Enfin, est-ce vraiment de l’amour pour l’un et pour l’autre ? On ne sait pas vraiment, Ceres est très confuse et change d’avis quand elle est en compagnie de Rexus ou de Thanos.

Parlons de Thanos tient ! Alors qu’il est décrit comme super fort et qu’il sait super bien se battre, c’est sûrement l’un des personnages les plus faibles ! Oui, oui, il est faible face à la reine, face au roi, face à sa fiancée, bref il ne se bat jamais contre ce qu’il pense être injuste et pense qu’il vaut mieux se plier aux ordres que d’être emprisonné et tué. Bon bah… Quel héroïsme et quelle dévotion, hein !

Malgré les mystères qui s’épaississent au fil du livre, comme la haine de la mère de Ceres envers celle-ci, ses pouvoirs qui apparaissent et disparaissent quand ils veulent, l’assassinat supposé des parents de Thanos, je ne pense pas lire la suite.

En conclusion, un début prometteur qui me fait penser à Red Queen de Victoria Aveyard mais qui n’arrive pas à tenir ses promesses.

Candidate – Christine Féret-Fleury

cover106056-mediumresume-2

Brillante étudiante en sciences politiques, Laure Meziani est la secrétaire personnelle de Pierre de Morangles, le candidat aux électorales du Nouveau Parti du Centre. La fascination qu’elle lui voue est sans borne, et, lorsqu’il semble enfin la remarquer, elle profite de ces heures volées sans penser au lendemain. Mais après leur première nuit, elle ne s’attendait pas à se réveiller à côté d’un cadavre ! Pas plus qu’elle ne s’attendait à plonger dans l’envers du décor qui accompagne cette mort aussitôt transformée en évènement médiatique et maquillée en en argument de campagne. Car si la vie de Laure lui semble s’arrêter, la campagne, elle, ne doit pas s’interrompre, et ce qu’il faut désormais au NPC, c’est surprendre… Quelle plus habile surprise qu’un nouveau visage, que personne ne connaît, que personne n’attend : celui de Laure. Alix de Morangles, charismatique veuve de Pierre et avocate renommée, a décidé de faire de la jeune femme la nouvelle candidate du parti, modulant son image, s’appuyant sur son ambition pour camoufler sa naïveté et son manque d’expérience. Première surprise, Laure sera la première conquise par ce défi : grimper les échelons, acquérir du pouvoir. Laure n’est pas si naïve ; elle sait qu’elle va devoir se battre pour se faire une place dans un cercle très fermé… et surtout pour y rester. Jusqu’où ? Jusqu’à quand ?

avis

Eh bien, cette lecture fut bien laborieuse ! Attirée d’abord par le résumé mais aussi par sa catégorisation (en YA/Jeunesse/Science-fiction(?)), je me suis rendu compte plus tard que ce livre ne pouvait ni être du jeunesse ou du young-adult et encore moins de la science-fiction. Déjà par le fait que la protagoniste a 26 ans mais aussi à cause du sujet assez sérieux comporte quand même des scènes adultes (sans tourner à l’érotique, mais presque quoi). Bref, ce n’est du tout jeunesse et c’est clairement un livre pour adulte, faites donc attention aux tags et aux catégories associées de certains livres qui sont parfois complètement à côté de la plaque.

Passons au plat de résistance, de quoi ça parle ? Eh bien, ça parle de Laure, l’assistante personnelle de Pierre de Morangles, candidat d’un nouveau parti, qui prend sa place à la mort de celui-ci et qui doit séduire son public en faisant valoriser sa jeunesse. Laure est prometteuse, elle est jeune, à fond dans la politique et elle se fait très bien manipuler. D’ailleurs une partie de l’intrigue tourne autour de qui manipule qui ? J’avoue ne pas avoir très bien compris la réponse à cette question (si tant est qu’il y en a une) parce que les motivations de certains personnages ne sont pas bien expliquées/exploitées même si on peut comprendre que la motivation principale, c’est le pouvoir.

Le décor se met très rapidement en place puisque dès les premières pages Pierre de Morangles meurt (au côté de Laura d’ailleurs, c’est pas joyeux joyeux mais c’est l’une des meilleures scènes de ce livre) et Laure se retrouve propulsée devant les médias (AKA la cage aux lions). J’ai dit au début que ma lecture a été laborieuse et elle l’a été car l’histoire est racontée à la troisième personne et que je ne me suis sentie que spectatrice. Je ne me suis donc pas attachée aux personnages et à leurs difficultés. D’autant plus que les points de vue alternent à chaque chapitre et que je n’ai pas pu me concentrer sur un seul des personnages et qu’il manque vraiment de descriptions pour aider le lecteur à se situer. Par contre, j’ai bien aimé ce début de livre qui était plutôt prometteur car Laure se fait peu à peu à son nouveau statut, que les bases de l’histoire sont posées et que c’est plutôt bien ancré dans l’actualité politique.

C’est ensuite que j’ai décroché peu à peu de l’histoire. En effet, même si l’histoire tourne autour de secrets de familles, de meurtres, d’adultère et de liaisons, j’ai trouvé que cela faisait trop de coïncidences fortuites et que le côté « thriller » et manipulation était accentué par les trop nombreux secrets/liaisons/meurtres sans pour autant bien les exploiter. Au lieu de ressentir l’envie de connaître ces fameux secrets, j’avais bien plus envie d’en finir avec ce livre qui partait trop loin pour ressembler à la réalité.

 En conclusion, c’est vrai que je n’avais encore jamais lu de livre qui abordait la politique (tout en restant de la fiction) et que je suis peut-être (sûrement même) passée à côté de ce livre mais mon ressenti est clair et net, j’ai avancé à reculons dans ma lecture et j’ai soupiré de soulagement quand je l’ai fini…

note 1et

Anita Blake, tome 22 : Affliction – Laurell K. Hamilton

anita-blake,-tome-22---affliction-647541-250-400 (1)

bof

Les zombies sont de retour et certains doivent être détruits. Pour cela, il suffit d’appeler Anita Blake. Jusqu’à présent elle ne les avait jamais vraiment considéré comme une véritable menace. Mais elle n’avait jamais non plus entendu parler de spécimens qui pouvaient causer la mort d’êtres humains dans d’horribles souffrances à cause de ce que les médecins commencent à nommer la « maladie zombie ». Ces créatures chassent le jour et sont aussi rapides et forts que des vampires. Et bien sûr, s’ils vous mordent, vous devenez comme eux…

Sans titre 1

J’avoue j’ai longtemps hésité à lire ce nouvel opus et même si j’étais d’abord enchantée de relire les aventures d’Anita Blake et de ses magnifiques amants, je suis ressortie plus que déçue de cet énième tome.

Le résumé était alléchant mais également trompeur… Il nous promet une nouvelle aventure rempli de zombies pas comme les autres et pourtant, les trois quarts du livre sont concentrés sur la situation amoureuse d’Anita. Si vous suivez un peu la série, Anita est en ménage avec deux hommes sauf que c’est un tabou ce genre de chose en temps normal mais en plus ce sont tous les deux des métamorphes ! Bref, Anita ne fait que parler de ça et les gens autour d’elle ne font que ça aussi. La promesse est non tenue, je me suis ennuyée avec ces nouveaux zombies dont le problème est réglé en deux temps trois mouvements et j’ai été agacée par la multitude d’allusion au ménage à trois d’Anita.

En refermant ce livre, je suis donc parvenu à la conclusion que la série s’essouffle et que l’attrait des premiers tomes a vite disparue. Je n’arrive d’ailleurs pas à voir une fin intéressante aux aventures d’Anita (y en aura t-il une un jour ?) Cependant, cette suite plaira sûrement aux fans qui suivent la série depuis ses débuts.

Name

Audrey retrouvée – Sophie Kinsella

couv59474160

bof

Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres.

Ça, c’était avant.

Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie d’un oeil nouveau : celui de la caméra.

Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde…

Sans titre 1

Audrey retrouvée raconte une histoire intéressante sur la reconstruction d’une jeune fille après avoir été victime de on ne sait pas trop quoi (Bon on le sait vers la fin du livre mais un peu de suspens quoi!)

Je pensais que lire le point de vue d’une jeune fille de 14 ans me perturberait, mais Audrey réagit souvent de manière adulte et mature.

Je peux pas dire si j’ai aimé ou non ce livre. Je suis mitigée… D’un côté, j’ai bien aimé l’humour présent dans le livre (chick-lit oblige) et d’un autre côté, je l’ai trouvé trop léger, les personnages et même l’histoire n’étaient pas assez développés pour moi.

Côté personnage, j’ai bien aimé la mère d’Audrey qui essaye à tout prix de comprendre les adolescents (pourquoi on ne vient pas avec un manuel d’utilisation ?) et surtout de savoir pourquoi son fils passe autant de temps à jouer sur l’ordinateur (grande question !).
J’ai eu un problème avec Linus… Plus il se rapprochait d’Audrey, et moins je l’aimais. Pourquoi ? Je ne sais pas… Leur romance était trop facile. Ouais, ils sont jeunes et blablabla mais euh ça m’a paru vraiment irréaliste.

En bref, c’est une lecture qui se lit toute seule mais je n’y ai pas trouvé ce que j’espérais y trouver…

Did I Mention I Love You ? – Estelle Maskame

d.i.m.i.l.y,-tome-1---did-i-mention-i-love-you---702793-250-400

bof

Résumé : Eden, 16 ans, va passer l’été dans la nouvelle famille de son père, à Santa Monica, en Californie. Il vient de refaire sa vie, ce qui signifie qu’Eden a trois nouveaux demi-frères. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent … Mais Eden décèle en lui une grande fragilité, conséquence d’un lourd passé. Fascinée, elle ne peut s’empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est pourtant défendue : son demi-frère.

Sans titre 1

En voilà une romance bien étrange. Elle est basée sur le fait que nos deux protagonistes sont demi-frère et sœur. Seulement voilà, pour moi, un demi-frère c’est quelqu’un qui a des liens du sang avec sa demi-sœur. Mais là, ils n’en ont aucun. Le livre ne fait que tourner autour de ce suspens-tabou. C’est pas un tabou ! Ils n’ont aucun lien du sang, leurs parents sont juste mariés.

Demi-frère  : Frère par le père ou la mère seulement.

Ça sous-entend donc que Tyler devrait être le fils du père d’Eden. Et là malaise, ça ferait de l’inceste.

Bref pour moi, toute cette « honte » ou je sais pas quoi autour du couple demi-frère demi-sœur n’avait pas lieu d’être. J’ai trouvé ça très enfantin au niveau de la manière de penser. C’est vrai, c’est le fils de la belle-mère d’Eden, et alors ? Ils n’ont aucun lien, ils viennent de se rencontrer, où est le mal ?

Mis à part ça, on repart sur le même schéma de romance habituel, le garçon bad boy qui en a rien à faire de la fille mais qui au final l’aime. Rien de bien exceptionnel sous le soleil, donc. On verra bien si la suite me donne envie de continuer mais pour l’instant c’est bof et ça ne m’a pas intéressé.

C’est un livre que beaucoup ont aimé, dommage que je n’ai pas pu rentrer vraiment dans le livre à cause de cette histoire de demi-frère.

Animale, tome 1 : La malédiction de Boucle d’Or – Victor Dixen

animale,-tome-1---la-malediction-de-boucle-d-or-284096-250-400 (1)

JenaimepasRésumé : Et si le conte le plus innocent dissimulait l’histoire d’amour la plus terrifiante ?
1832. Blonde, dix-sept ans, est cloîtrée depuis toujours dans un couvent perdu au cœur d’une forêt profonde. Pourquoi les sœurs l’obligent-elles à couvrir ses cheveux d’or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes sombres ? Qui sont ses parents, et que leur est-il arrivé ?
Alors qu’elle s’enfuit pour remonter le fil du passé, Blonde se découvre un versant obscur, une part animale : il y a au cœur de son histoire un terrible secret.
Une héroïne inoubliable, une traque haletante, un amour fou.

Victor Dixen emporte le lecteur depuis les pays nordiques jusqu’aux caves secrètes du Vatican, dans une réinterprétation envoûtante du plus énigmatique de tous les contes.

J’en ai entendu parlé, mais ça y est ! Je me suis laissée tenter par ce livre…

Blonde est une jeune fille (Blonde, comme son prénom) âgée de dix-sept ans. Elle vit dans un couvent depuis qu’elle est toute petite. Abandonnée, elle est recueillie par les sœurs du couvent Sainte-Ursule qui la nomme « Blonde ». Prénom très impersonnel, donné à cause de sa chevelure dorée. Toutes les sœurs ne semblent pas apprécier Blonde et les autres jeunes filles vivant dans le couvent, encore moins. Blonde est souvent dans la lune, elle « oublie » par moment où elle est, on lui a diagnostiqué une certaine « photosensibilité » et est interdite de tout effort physique. A cause de cela, elle est obligée de porter des lunettes qui l’empêche de témoigner de sa beauté.

Blonde est enfermée dans ce couvent, elle n’est jamais sortie à l’extérieur de celui-ci, mais elle accueille souvent des animaux (oiseau,…) appartenant au monde extérieur dont elle rêve. Nous sommes donc plongés dans son univers jusqu’au soir où elle reçoit un vieillard dans sa chambre qui lui remet un dossier narrant l’histoire étrange d’une jeune fille se perdant dans les bois et trouvant une jolie chaumière…

J’ai trouvé la première partie assommante, aucun intérêt, ça ne m’a pas tenue en haleine. Cependant, je me suis attachée au personnage de Blonde, elle rêve de liberté mais elle n’a aucun endroit où aller, donc elle se sent obligée de rester prisonnière du couvent et c’est bien triste. Je n’ai pas pu continuer ma lecture, le changement de point de vue me déroutant et ne voyant pas trop où tout cela pouvait bien mener Blonde.

Malheureusement, j’ai dû abandonner ma lecture…

Le tome 2 est déjà sorti en France

L’amour est fort comme la mort,
La passion est implacable comme l’abîme.
Ses flammes sont des flammes brûlantes,
C’est un feu divin !