La Couleur du mensonge, Tome 1 – Erin Beaty

Prix :  15€ (Papier), 9.99€ (Numérique)
Edition :  Lumen
Date de sortie : 22/02/2018

À Demora, ce sont les entremetteuses qui font et défont les unions, et façonnent ainsi le paysage amoureux et politique du royaume. Sage Fowler, seize ans, n’a rien du parti idéal : indisciplinée et rebelle, c’est de surcroît une bâtarde. Pourtant, son oncle parvient à lui obtenir un rendez-vous chez l’une des marieuses les plus réputées du pays – sa seule chance de trouver sa place dans la bonne société. Mais une surprise de taille l’attend : son franc-parler et sa vivacité d’esprit ne lui obtiennent pas un beau mariage… mais au contraire un apprentissage auprès de l’entremetteuse.

Or la guerre menace. C’est donc escortée par une troupe de soldats aguerris que Sage devra traverser le pays en compagnie des plus beaux partis de la région pour rallier la capitale et assister à l’événement matrimonial le plus attendu de ces cinq dernières années. Mais en chemin, l’un des soldats lui propose d’aider l’armée en espionnant pour son compte…

Lire la suite

Publicités

Accords corrompus, Tome 2 : Rêves d’envol

Prix :  18€ (Papier), 5.99€ (Numérique)
Edition :  Infinity (MxM Bookmark)
Collection : Onirique
Date de sortie : 25/04/2018

Mon voile est tombé, et je dois le récupérer.

Coincée dans les Cercles extérieurs de Glacium, je suis obligée de me battre pour survivre jusqu’à trouver les réponses que je cherche, et il faut que je retourne au château Bruma. Être une Solati appartenant au monde ennemi d’Osolis est déjà suffisamment grave, mais c’est sans compter mon statut de Tatuma, l’héritière du royaume… Personne ne doit savoir qui je suis. Surtout maintenant que je n’ai plus mon voile.

Est-ce que ma mère, la Tatum, a refusé l’offre de paix du roi Jovan et a préféré déclarer la guerre ? Mes frères et Aquin savent-ils que je suis en vie ? Qui sont mes ennemis, qui sont mes alliés ? Rien n’est certain.

Mais de toute façon, rien n’a jamais été certain, dans ma vie.

Il faut que je mette mes inquiétudes de côté.

Je ne pense pas que les combattants distraits survivent à la Fosse.

Lire la suite

The Folk of the Air, tome 1 : The Cruel Prince – Holly Black

Prix :  15.41€ (Papier), 6.99€ (Numérique)
Edition :  Little, Brown Books for Young Readers
Date de sortie : 02/02/2018
Service Presse avec Netgalley

Traduction du résumé par mes soins : Bien sûr que je veux être comme eux. Ils sont beaux comme des lames forgées dans un feu divin. Ils sont immortels.

Et Cardan est encore plus beau que le reste. Je le déteste plus que les autres. Je le déteste tellement que  parfois quand je le regarde, j’ai du mal à respirer.

Jude avait sept ans quand ses parents ont été tués et qu’elle et ses deux soeurs ont été enlevées pour vivre dans la Cour perfide de Faerie. Dix ans plus tard, Jude ne veut rien d’autre que d’être acceptée malgré sa mortalité. Mais beaucoup de fey méprisent les humains. En particulier le Prince Cardan, le plus jeune et le plus vicieux fils du Roi.

Pour gagner une place à la cour, elle doit le défier et faire face aux conséquences.

En le faisant, elle se retrouve mêlée dans les intrigues et les tromperies du palais tout en découvrant son propre talent pour les bains de sang. Mais comme la guerre civile menace la Cour de sombrer dans la violence, Jude devra risquer sa vie dans une alliance dangereuse pour sauver ses sœurs et la Faerie elle-même.

Lire la suite

Le sang de la guerrière – Florence Cochet

Prix :  19€ (Papier), 5.99€ (Numérique)
Edition :   Mxm Bookmark
Collection : Collection infinity (Imaginaire)
Date de sortie : 06/12/2017
Service Presse avec Netgalley

De son passé, Shandra ne se rappelle que les nombreuses années à l’Académie, entre sa formation de maître et sa dévotion à la déesse Ashara. Bientôt, elle affrontera l’épreuve qui lui permettra d’intégrer les rangs des « ombres du palais », comme on nomme les guerriers au service des souverains. Cette épreuve, c’est son nouveau maître d’armes, l’énigmatique et troublant Kalhen, qui l’y prépare.

Alors que leur attirance réciproque se transforme en désir, Shandra est loin de s’imaginer le double jeu auquel il se livre, et encore moins que leurs destins sont intimement liés…

Entre les tensions qui règnent parmi ses compagnons d’armes, la soif d’un sabre buveur d’âmes et les exigences d’un ancien dragon, Shandra parviendra-t-elle à trouver sa voie ?

Lire la suite

Accords corrompus, tome 1 : Rêves de glace – Kelly St Clare

Prix : 5.99€ (Numérique)
Edition : MxM Bookmark/Infinity
Collection : Imaginaire
Date de sortie : 23/08/2017

Olina a 17 ans et est la Tatuma -la princesse- d’Osolis, un monde dominé par la chaleur. Elle porte un voile depuis sa naissance et personne, pas même elle, n’a jamais vu son visage. Alors qu’elle subit la tyrannie constante de sa mère et de son oncle, Olina reste une jeune femme forte, drôle et volontaire qui attend d’être reine pour changer les choses. Quand une délégation de Glacium – un monde fait de glace à l’opposé du sien- arrive en Osolis, Olina est forcée de remettre ses préjugés en question. Peu à peu, elle se lie d’amitié avec le prince de Glacium et quand celui-ci demande à voir son visage, tout le monde d’Olina va basculer…

Deux sociétés à l’opposé l’une de l’autre, un périple, des personnages principaux et secondaires extrêmement bien travaillés, une héroïne courageuse et qui évolue tout au long des tomes…

Lire la suite

The Innkeeper Chronicles, book 1 – Ilona Andrews

Prix : 72,35€ (Edition limitée)[Les 3 tomes sont aussi disponibles individuellements, en format numérique et en papier, beaucoup, beaucoup moins cher!]
Edition : Subterranean Press
Date de sortie : 31/05/2017

Meet Dina Demille, a nice Texas gal who runs a seemingly ordinary, quaint B&B.  But Dina’s inn is a magic, thinking entity; her fluffy Shih-tzu, Beast really is a beast; and her guests are the kind that no one on earth is supposed to know about:  guests like a dethroned galactic tyrant with a massive bounty on her head, the Lord Marshal of a powerful vampire clan, and a displaced—and superhot—alpha-strain werewolf.

So don’t expect a normal stay…and don’t stand too close, or you may be collateral damage….

Ah Ilona Andrews… Je vais leur vouer un culte à ce petit couple ! Ilona Andrews nous pond, encore une fois, un récit extrêmement original. Avant de lire mon avis, il faut savoir que The Inkeeper Chronicles n’était pas destiné à être publié, ils ont écrit pour le fun et ont publié sur leur site internet le premier en trois parties bien distinctes puisque ce sont différentes aventures (toujours avec le même personnages mais en soit ça devait être trop court pour en faire des tomes séparés). Bon après, je pense que les gens ont tellement aimé que c’est parti pour être publié par une ME.

Bref, trève de blabla ! On suit cette fois-ci Dina Demille, une jeune femme qui tient une auberge comme ses parents qui ont disparus. Mais ce n’est pas du tout une auberge comme les autres puisqu’elle obéit aux moindres souhaits de Dina (ouais, c’est super cool). Dina est ce qu’on appelle une aubergiste (Inkeeper en VO, ça fait bien mieux), elle doit accueillir des clients dans son auberge et se plier en quatre pour faire tout ce qu’ils souhaitent/veulent durant leur séjour. Petit soucis, Dina n’a qu’une cliente pour l’instant. Tout change quand elle rencontre Sean Evans, un loup-garou et Lord Arland, un vampire puisqu’ils demandent de rester dans l’auberge pour régler un soucis de voisinage…

Un loup-garou, un vampire, une fille, un triangle, Twilight ? Je vous vois venir avec vos insinuations. Mais, ça ne marche pas ici parce que Dina a déjà jeté son dévolu sur l’un des gars (et pas celui auquel vous pensez!) et n’hésite pas une seule seconde avec l’autre ! Et puis, vous allez me dire que des loups-garous et des vampires, c’est pas du tout original, c’est vu, c’est revu et c’est saoulant. Bah oui, mais non, parce que figurez-vous que les créatures surnaturelles viennent toutes de planètes différentes ! Oui, oui, vous avez bien lu, ils viennent carrément de différentes planètes ! En plus, les loups et les vampires peuvent et doivent combattre en armure super stylée pour être encore plus forts ! Et c’est avec ça qu’Ilona Andrews m’a encore une fois éblouie. Et attention, il n’y a pas que des vampires et des loups-garous, il y a une multitude d’espèces différentes et toutes ont des soucis plus ou moins graves avec leur planète ou des ennemis.

Le bouquin est divisé en trois parties qui, vous l’avez peut-être deviné, sont en fait trois tomes réunis en un seul. La particularité de ce livre, c’est qu’il inclut aussi de superbes illustrations !

Dans la première partie, Dina doit affronter avec ses amis une espèce qui utilise une sorte de chien de chasse (qui n’est pas vraiment un gentil toutou) pour attaquer l’oncle de Arland. Forcément, ça ne le rend pas super heureux le Arland et pour protéger son oncle, il s’enregistre dans l’auberge de Dina ! Bref, sans vous spoiler, hein, une nouvelle amitié naît !

Dans la seconde partie, Dina doit accueillir un sommet entre trois espèces qui convoitent une même planète et Dina doit rivaliser d’astuces et de diplomatie pour obtenir la paix sur cette même planète.

Enfin, dans la troisième partie, Dina doit sauver sa soeur et accueillir une espèce qu’aucun aubergiste ne veut accueillir…

Comme avec la plupart des personnages d’Ilona Andrews, Dina est une débrouillarde, elle se débrouille comme elle peut et avec ce qu’elle a, et ça ne l’empêche pas du tout d’user de la ruse pour parvenir à ses fins (Un peu comme Kate, hein!). Par contre, comparé à d’autres romans de l’auteure, on est plus concentrés sur l’histoire de ces créatures et de leur planète que vraiment sur le personnage principal. On a, bien entendu, l’histoire de Dina, sa vie « amoureuse » et son auberge mais comme à chaque tome on reste plutôt cloîtré dans l’auberge et qu’on découvre de nouvelles créatures, j’ai eu vraiment l’impression que c’est l’univers qui était plus accentué. Ce qui donne au final, un super résultat !

En conclusion, encore une petite pépite pondu par Ilona Andrews. Heureusement qu’elle revient petit à petit en force en France, parce que c’est vraiment une auteure qui vaut le coup ! J’espère que celui-ci sera traduit aussi !

The Ancestor, book 1 : Red Sister – Mark Lawrence

Prix : 10,59€ (Numérique), 18,78 € (HB), 16,28 € (PB)
Edition : HarperVoyager
Date de sortie : 04/04/2017

Traduction de Mille et une Lectures

Je suis née pour tuer – les dieux m’ont créée pour détruire.

Au Couvent de Sweet Mercy, les jeunes filles sont élevées pour devenir des tueuses. Quelques-unes possèdent du sang ancien et démontrent des talents rarement vus depuis que les tribus se sont échouées à Abeth. Sweet Mercy affûte les talents de ses novices jusqu’à ce qu’ils soient mortels : il faut dix ans pour apprendre à  une Soeur Rouge la voie du couteau et du poing.

Mais même les maîtresses de l’épée et de l’ombre ne comprennent pas ce qu’elles ont acheté quand Nona Grey, une enfant de huit ensanglantée, est amenée dans leurs couloirs, faussement accusée de meurtre mais coupable de bien pire.

Sauvée de la potence, Nona est recherchée par des ennemis puissant et ce pour une bonne raison. Malgré la sécurité et l’isolation du couvent, son secret et son passé violent la retrouvera. Sous un soleil mourant qui brille sur un empire en ruine, Nona Grey devra accepter ses démons et apprendre à devenir un assassin mortel s’il elle veut survivre…

Bon, ça va être un avis court parce que très franchement, je sais pas quoi dire de plus au vu de ma déception…

Malgré un résumé alléchant, j’ai lu ce bouquin petit bout par petit bout jusqu’à me rendre compte que j’avais beaucoup de mal à comprendre l’histoire. Du coup, je me suis posée pour le lire d’une traite et le résultat est plutôt décevant.

On suite Nona, une petite fille de 9 ans au début du livre recueillit dans un couvent pour être entraînée à devenir une super nonne… Sachant que ces super nonnes peuvent être spécialisées dans différents domaines. Nona grandit au fur et à mesure qu’elle passe les niveaux et en même temps, elle est recherchée car elle a faillit tuer un homme puissant.

Le seul problème c’est que même s’il y a avait quelques bouts d’action, le tout était trop statique, trop plat et surtout ennuyeux  ! Une bonne grosse partie de l’histoire (pour ne pas dire carrément tout le bouquin) se déroule dans le couvent. C’est vrai que les Soeurs sont plutôt cool et classes (enfin je veux dire, des Soeurs qui se battent au couteau, c’est pas trop cool ça?) mais ça manque de substance au niveau de l’univers. J’ai commencé à m’ennuyer vers le milieu du bouquin parce que je n’ai compris quelle était précisément l’intrigue. Les différentes tribus sont expliquées mais pas assez pour toutes les comprendre pour bien entrer dans l’univers. Pour moi, ce bouquin n’était pas assez complet et ne m’a pas donné envie d’en savoir plus surtout…

Sur Goodreads, il a une super note et pourtant j’ai l’impression d’être vraiment passée à côté de quelque chose de bien…

En conclusion, un nouvel auteur que je découvre mais c’est malheureux que ce soit avec un bouquin que je n’ai pas apprécié.

Kate Daniels, tome 1 : Morsure Magique – Ilona Andrews

À Atlanta deux réalités s’opposent : celle de la technologie et celle de la magie. Pendant une vague magique, les mages sauvages lancent leurs sorts et des monstres apparaissent, les armes à feu refusent de fonctionner et les voitures ne démarrent plus. Puis la vague se retire aussi vite qu’elle est venue en laissant derrière elle toutes sortes de problèmes paranormaux. Nous vivons une époque dangereuse. Mais dans le cas contraire, je serais au chômage. Quand les gens ont des ennuis qui relèvent de l’occulte et que la police ne veut ou ne peut pas régler, on fait appel aux mercenaires de la magie comme moi. Mais quand un nécromancien anéantit la seule famille qui me reste, je n’attends plus les ordres et je dégaine mon sabre.

Il faut que je commence cette chronique par vous dire qu’Ilona Andrews, ce n’est pas qu’une personne. C’est un pseudo qu’Ilona et son mari Gordon utilisent pour signer leurs bouquins. C’est un couple qui marche du tonnerre parce que pour l’instant, j’ai adoré tous leurs bouquins !

Comme je le disais, je suis une grande fan des bouquins d’Ilona Andrews et Kate Daniels figure dans la liste de mes sagas préférées de tous les temps ! Bon, je suis un peu une tricheuse parce que je vais vous parler de cette super réédition alors que j’ai déjà lu la saga jusqu’au tome 9 (je les ai lus en VO, donc vous pouvez me pardonner, hein !). Alors pourquoi « réédition » ? Parce que si vous n’êtes pas au courant, la saga a déjà été éditée, il y a quelques temps maintenant, chez Milady. Malheureusement cette édition (et la réédition chez Milady encore une fois) n’a pas bien marché et nous n’avions que les quatre premiers tomes en français. Mais heureusement, MxM Bookmark a annoncé en début d’année une réédition avec une super couverture (que j’aime d’amouuur) et ça, ça fait plaisir pour une fan inconditionnelle comme moi ! Quelques changements ont été apportés par rapport à la version originale dont l’ajout d’un index des personnages (indispensable pour ceux qui ont une mémoire de poisson rouge !)

Pour ceux qui connaissent pas la saga (et cette chronique s’adresse majoritairement à vous), c’est de l’urban Fantasy pure et dure avec un univers original à souhait mais quelque peu compliqué à suivre. Le monde a subit des vagues magiques tellement puissantes que depuis, la technologie et la magie cohabitent en alternance grâce à des vagues. Celles-ci sont généralement imprévisibles et quand c’est une vague magique, la technologie ne fonctionne pas (ou très peu, mais ça vous le verrez !) et à l’inverse quand c’est la technologie qui reprend le dessus, personne ne peut utiliser la magie. Bref, vous voyez le topo ? Rien qu’avec cette caractéristique de l’univers, lors de ma première lecture, j’étais très curieuse de voir comment cet univers allait fonctionner sur le long terme et surtout, je voulais en savoir plus ! Parce que l’univers de Kate Daniels ne s’arrête pas là !

Avec Kate, une mercenaire féroce et super forte sans plus beaucoup d’économie, on découvre des codes inhabituels pour de l’urban fantasy : l’action se passe bien toujours en ville mais le monde est au courant de la magie et les humains vivent avec de manière pacifique quand même (ce qui est plutôt rare dans les bouquins, quand on y pense). Par contre, ceux qui possèdent la magie sont  majoritairement des marginaux qui forment une société entre eux. Il y a très peu d’interactions avec les humains dans ce tome (et dans les autres aussi), donc c’est plutôt difficile de situer ceux qui peuvent utiliser la magie dans le monde des humains. Pour alimenter cet univers, la mythologie, principalement russe, est mélangée avec des créatures plus basiques. Par exemple, on a des changeformes tout à fait « normaux » ainsi que des vampires mais ces derniers sont légèrement modifiés par rapport aux histoires que j’ai déjà lu. Ici, le vampire n’a rien d’un beau gosse qui brille au soleil…

Tout ça pour dire que les changements apportés par les auteurs sont super rafraîchissant et que j’adore découvrir comment un auteur innove un concept vu et revu et à ce jeu-là, Ilona Andrews est super forte !

Je vous ai donc parlé de l’univers mais pas vraiment de l’histoire de ce premier tome. On suit donc Kate Daniels, qui est, comme je l’ai dit, une mercenaire badass sans un rond. En guise, d’intro à cette saga, Kate doit se lancer sur la piste du meurtrier de son tuteur, Greg, ce qui l’amène à faire des rencontres plutôt intéressantes et il faut bien retenir les noms de certains parce qu’on va les retrouver très très souvent !

Kate c’est vraiment la femme super forte, super bien foutue mais qui arrive à ne pas tomber dans les clichés en tenant tête aux hommes et en leur bottant leur derrière magistralement. Elle fonce dans le tas pour obtenir des réponses à ses questions tant pis si ça dérange le chef des changeforme (Curran !). Elle est totalement anti-système et ne se fit qu’à elle et à son épée. Et avec elle, je vous le dis et je vous l’assure, l’action est garantie !

En bref, ce fut une relecture géniale et j’ai redécouvert pleins de petits détails que j’avais oublié.

De Couronnes et de Gloire Tome 1 : Esclave, Guerrière, Reine – Morgan Rice

Ceres, 17 ans, fille pauvre et belle de Delos, cité de l’Empire, mène la vie dure et impitoyable d’une roturière. Le jour, elle livre les armes forgées par son père au terrain d’entraînement du palais, et la nuit, elle s’entraîne secrètement avec eux car elle désire fortement devenir guerrière dans ce pays où les filles n’ont pas le droit de se battre. Comme elle va bientôt être vendue comme esclave, elle est désespérée.

Le prince Thanos, 18 ans, déteste tout ce que défend sa famille royale. Il exècre leur traitement violent des masses, surtout la compétition brutale — Les Tueries — qui forment le cœur de la vie de la cité. Il désire ardemment se libérer des contraintes imposées par son éducation, mais l’excellent guerrier qu’il est ne voit aucune façon d’y parvenir.

Quand Ceres ébahit le public du terrain d’entraînement en lui montrant ses pouvoirs cachés, elle se retrouve injustement détenue et condamnée à vivre une vie encore pire que ce qu’elle avait pu imaginer. Éperdument amoureux, Thanos doit décider de tout risquer ou non pour elle. Pourtant, jetée dans un monde de duplicité et de secrets mortels, Ceres apprend rapidement qu’il y a ceux qui règnent et ceux qui leur servent de pions, et que, parfois, être choisie est la pire des choses qui puisse vous arriver.

ESCLAVE, GUERRIERE, REINE raconte une histoire épique d’amour tragique, de vengeance, de trahison, d’ambition et de destinée. Pleine de personnages inoubliables et d’action palpitante, cette histoire nous transporte dans un monde que nous n’oublierons jamais et nous fait retomber amoureux de l’heroic fantasy.

Une lecture en demi-teinte alors que le résumé m’avait donné très envie de le lire.

Dans un royaume qui pourrait se situer à une époque moyenâgeuse, avec un roi cruel et un peuple au bord de la rébellion, Ceres se retrouve entre deux camps : celui de son ami de toujours et celui du Prince Thanos.

Voilà un récit qui semblait plutôt intéressant. J’ai adoré les premières pages qui posent du récit et qui présentent les personnages importants. Après ces pages d’introduction, l’action devient de plus en plus présente et très rapidement, je ne savais plus où donner de la tête et quelle information retenir vu qu’il se passe beaucoup trop de choses en l’espace de quelques pages.

Ceres passe des moments très difficiles, même si elle se fait tout le temps sauver à temps ! Elle a vraiment une de ces chances ! J’en suis même venue à regretter cette facilité dans ses sauvetages, laissez-la un peu dans la merde et elle recommencera sûrement ce qu’elle a fait au début du bouquin (scène que j’ai adoré d’ailleurs !) parce que là, le complexe de la demoiselle en détresse (alors qu’elle sait se battre !) commence à lui monter à la tête… Toutes les dix pages, Ceres se fait capturer, emprisonner et même condamner à mort pour être sauvée quelque page plus loin… Forcément l’auteure n’allait pas tuer son personnage dès sa première capture mais que c’est énervant quand elle se fait TOUT le temps capturer !

En plus de ces captures incessantes, Ceres est coincée entre l’amour pour son ami d’enfance, Rexus et l’amour pour le Prince Thanos. Enfin, est-ce vraiment de l’amour pour l’un et pour l’autre ? On ne sait pas vraiment, Ceres est très confuse et change d’avis quand elle est en compagnie de Rexus ou de Thanos.

Parlons de Thanos tient ! Alors qu’il est décrit comme super fort et qu’il sait super bien se battre, c’est sûrement l’un des personnages les plus faibles ! Oui, oui, il est faible face à la reine, face au roi, face à sa fiancée, bref il ne se bat jamais contre ce qu’il pense être injuste et pense qu’il vaut mieux se plier aux ordres que d’être emprisonné et tué. Bon bah… Quel héroïsme et quelle dévotion, hein !

Malgré les mystères qui s’épaississent au fil du livre, comme la haine de la mère de Ceres envers celle-ci, ses pouvoirs qui apparaissent et disparaissent quand ils veulent, l’assassinat supposé des parents de Thanos, je ne pense pas lire la suite.

En conclusion, un début prometteur qui me fait penser à Red Queen de Victoria Aveyard mais qui n’arrive pas à tenir ses promesses.

Psi-changeling, tome 15.5 : Étreintes sauvages – Nalini Singh

Au fond des océans, Tazia Nerif cherche à briser le Silence du commandant Psi de sa base. Dorian, incapable de se transformer, doit apprendre à laisser jouer son léopard pour échapper à sa vie morne. Cruellement blessé par une louve dominante, Felix refuse d’être la victime de quiconque, mais la femme-léopard Dezi est prête à tout pour le convaincre de lui accorder sa confiance. Kenji et Garnet, autrefois séparés, sont à nouveau irrésistiblement attirés l’un vers l’autre, mais un lourd secret les menace…

Petit recueil de nouvelles dans l’univers cher et tendre des psi-changeling, je ne pouvais pas ne pas le lire ! D’autant plus que grâce à ce recueil, ma patience pour le prochain tome a augmentée !

On a quatre petites histoires qui font à peu près six chapitres et un épilogue chacune. Ce sont toutes des nouvelles sur des personnages secondaires qu’on a déjà croisé !

Je ne peux pas vous en dire trop sans vous en révéler les tenant et les aboutissants de chaque histoire mais ne vous attendez pas à des histoires qui se passent lentement et développée à la perfection. Là, on est vraiment dans l’optique de petites nouvelles et même s’il y a quelques ellipses la romance (dans 3 des 4 histoires) s’installe plutôt rapidement et puis sur 2 des 4 histoires, il y avait déjà les racines d’une relation. Il n’est pas vraiment nécessaire d’avoir lu tous les tomes (même si ce serait bien!) puisque pas mal d’histoire se situent, en fait, bien avant le quinzième tome !

Entrons dans le vif du sujet, quels sont ces personnages qu’on connaît déjà ? Dans la première, c’est Stephan, le psi « défectueux » qui vit et travaille dans une station sous-marine, il va devenir plus « chaud » au contact de Tazia, une humaine avec quelques problèmes familiaux. Dans la deuxième histoire, on retrouve Dorian (la grosse surprise !) et on découvre une partie de son passé (et de son présent). Dans la troisième nouvelle, on retrouve Desiree une dominante de DarkRiver et Felix, un loup soumis qu’on a déjà vu dans le onzième tome. Enfin, on finit avec une histoire sur Garnet et Kenji, deux loups des SnowDancer qui doivent résoudre un meurtre et (peut-être) lier une relation amoureuse.

Je ne vais pas vous en dire plus mais j’ai adoré l’histoire sur Felix et Desiree. Pour une fois, on a un vrai mâle soumis qui s’essaye à la romance avec une dominante. Et même si l’histoire est courte, elle juste magnifique !

En bref, même si vous ne lisez pas ce recueil, vous ne louperez pas grand-chose. Mais pour moi, ça reste quand même un très bon recueil toujours dans un univers maîtrisé qui nous donne le plaisir de retrouver des personnages secondaires qu’on ne voit pas forcément souvent dans les autres tomes.

The others (Meg Corbyn), book 5: Etched in Bone – Anne Bishop

Après la brutale répression d’un soulèvement humain par les Aînés, une forme primitive et mortelle de terra indigene, les quelques villes laissées sous contrôle humain sont isolées. Et leurs habitants ont désormais appris à craindre les terres sauvages par-delà leurs frontières – ainsi que l’obscurité…

Alors que certaines communautés luttent pour se reconstruire, l’enclos de Lakeside est demeuré relativement intact, bien que Simon Wolfgard, le chef de l’enclos de Lakeside, et la prophétesse de sang Meg Corbyn doivent travailler avec la meute humaine pour maintenir la paix fragile. Mais tous leurs efforts sont menacés lorsque le frère louche du lieutenant Montgomery débarque, à la recherche d’un traitement de faveur et d’argent facile.

Avec les humains sur leur garde à cause de l’un des leurs, les tensions montent, attirant l’attention des Aînés, curieux de l’effet qu’un insignifiant prédateur peut avoir sur une meute. Mais Meg connaît les dangers car elle a lu dans les cartes comment tout se finira : avec elle se tenant près d’une tombe.

Bien que le « pic » de la saga soit le quatrième tome, ce cinquième et dernier tome offre quelques derniers rebondissements inattendus. Cette fois-ci, au lieu de vraiment lutter contre un groupe ou/et un mouvement ayant pour but de faire passer les humains avant tout, les terra indigene et la meute humaine doit « affronter » quelque chose d’encore plus terrible : un membre de la famille de la meute humaine.

CJ Montgomery a été introduit dans le quatrième tome et rien qu’avec la description faite par sa mère et son frère, on se doute bien que CJ est un personnage cruel qui ne vit que pour tourmenter et extorquer sa sœur. Il devient alors l’un des personnages principaux. Bien plus horrible que le contrôleur de Meg, j’étais écœurée à chaque fois que j’arrivais à un chapitre de son point de vue.

Il n’empêche qu’il fait avancer les choses pour les terra indigene et pour les Aînés qui prennent conscience de ce qu’est un « vrai » méchant humain. Et surprise, c’est aussi « grâce » à ce vil personnage que les choses avancent entre Meg et Simon ! Et oui, on ne pouvait pas quitter la saga sans avoir un petit happy ending entre eux, et quelle fin !

En conclusion, cette saga était vraiment parfaite tant par son histoire et son univers bien écrit que par les personnages et la pointe de romance super bien maîtrisée qui nous donnait à chaque tome envie de savoir ce qui allait se passer entre Simon et Meg. Pour moi, c’est peut-être l’une des relations les plus réalistes, tout se passe lentement entre eux mais c’est beau et c’est vrai. En tout cas, tout se termine en beauté et je n’en attendais pas moins ! Je suis super déprimée de quitter Meg et Simon mais j’espère qu’Anne Bishop arrivera à écrire une autre saga qui me rendra aussi accro que je l’ai été à celle-ci.

Meg Corbyn, tome 4 : Empreintes fauves – Anne Bishop

meg-corbyn-tome-4-empreintes-fauves-856466-264-432resume-2

La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter.

L’alliance entre les Autres et les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces. Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et Meg Corbyn, son amie prophétesse, considèrent ce changement comme une amélioration, mais tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres des Autres en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus puissants que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs…

avis

Encore une pépite et encore un coup de cœur ! Bon dieu, qu’est-ce que j’aime cette auteure !

On continue exactement l’a où on c’était arrêté auparavant. Les Humains Avant Tout croient toujours pouvoir vaincre les terre indigene et le mouvement passe à la vitesse supérieur en tuant des bisons et en mettant le feu à des boutiques qui n’exposaient pas leur soutien au mouvement. Une question tout à fait sérieuse commence à être posée par les Aînés (considérés comme les ancêtres des terra indigene) que doivent-ils garder des humains ? Ce qui laisse supposer que les Aînés sont prêts à exterminer certains humains pour retrouver une certaine sécurité et la paix. Je ne suis pas sûre que ce soit la bonne solution mais aux grands maux, les grands moyens !

J’avais vraiment hâte de retrouver Meg et Simon et espérer que leur relation passera un nouveau cap. Malgré la présence de ce petit côté romance, l’atmosphère est très lourde et pesante dans ce tome et on sait d’emblée qu’il va forcément se passer un truc grave. Et ça ne loupe pas parce qu’après les fous rire que j’ai eu à cause de Simon et de la meute, je suis passée aux larmes dès que quelque chose se passait. D’autant plus que ce tome est sûrement le pic de cette saga.

Les choses évoluent pas mal pour les prophétesses de sang et surtout pour Meg car elle a peut-être trouvé le moyen de ne pas se couper. Ce qui équivaut à un moyen de rester en vie…

Comme dans les autres tomes, il y a beaucoup de points de vue différents mais c’est tellement bien écrit et l’univers est tellement bien maîtrisé que je me suis attachée à tous les personnages et que j’en arrivée à m’habituer à cette multitude de points de vue dans les livres d’Anne Bishop. Ce que j’adore dans cette série c’est qu’elle arrive à faire passer un message grâce à la relation ambiguë entre haine et amitié entre les humains et les terra indigene.

Je suis toujours autant fascinée par l’écriture d’Anne Bishop. Elle maîtrise tellement son univers qu’à chaque fois que j’arrive à la fin de ses livres, je me sens triste…

notecoup-de-coeur-1

Bane Seed, tome 1 : Guerre ou paix ? – Fanny André

bane-seed-tome-1-guerre-et-paix-893663-264-432

resume-2

Bane Seed est une Banshee aguerrie, pourfendeuse d’hommes infidèles, violeurs et meurtriers. Elle adore son job et le pratique avec zèle. Un peu trop, peut-être. Suite à une erreur commise, elle écope d’une mise à l’épreuve et se retrouve affectée au Conseil, une organisation chargée du maintien de l’ordre parmi les peuples faes. Non seulement elle doit régler un conflit entre deux clans du Petit Peuple, mais comble de malchance, on lui adjoint l’Incube Dorian Murray pour coéquipier.

Non mais : un Incube ! Autrement dit, tout ce qu’elle déteste.

Entre eux les étincelles fusent – au sens littéral ! – et quand leur mission s’avère bien plus compliquée que ce qu’ils envisageaient, on frôle le carnage !

Guerre ou paix ? Tout repose sur ce duo détonant.

avis

Je suis de plus en plus séduite par pas mal de sorties chez MxM Bookmark, mais dans les romances MF et les fantasy/fantastique. C’est donc tout naturellement que je me suis lancée dans le premier tome de Bane Seed.

Bane Seed est une Banshee, une grande gueule aux remarques acerbes (comme pas mal d’héroïnes), qui faisait partie des Pourfendeuses, l’un des rôles les plus importants chez les Banshee. Mais à la suite d’une erreur commise, Bane se retrouve sur la sellette, punie et obligée de collaborer avec un Incube pour éviter une guerre entre les Leprechaun et les Brownies.

Pour tout vous dire, je suis mitigée par ce livre. J’ai passé un bon moment mais j’ai beaucoup de remarques négatives à faire dessus. Je vais donc commencer par les mauvais points pour finir sur une note un peu plus joyeuse.

Tout d’abord, le livre est court. Peut-être trop court pour introduire le premier tome d’une saga urban fantasy. J’ai même lu quelque part que ce livre était auparavant une nouvelle… A cause de cette longueur (ou plutôt, du manque de longueur), il manque pas mal de choses qui, pour moi, seraient essentielles pour bien débuter une saga. Il y a très peu de description, juste le strict minimum et c’est dommage parce qu’à cause de cela, j’ai eu du mal à bien m’immerger dans l’univers de l’auteure. Ensuite, il y a très peu « d’histoire ». On sait peu de choses sur Bane qui est pourtant le personnage principal, on sait peu de choses également sur le monde où elle vit. Et je finis les mauvais points avec ce dernier : le manque d’action. Avec le début du roman, on est plongé dans une enquête très importante puisqu’elle pourrait éviter une guerre qui aurait des conséquences dramatiques. Mais dans ce premier livre, enquête n’a pas rimé avec bataille, combat et rebondissement, ce qui dans les autres romans, rend l’enquête bien plus palpitante que là. D’autant plus que la fin ruine tout le processus de l’enquête qui est, au final, le principal élément du livre.

Sinon, j’ai beaucoup aimé Bane, elle n’a pas sa langue dans sa poche et ne se laisse pas séduire par ce beau mâle qui lui a été mis dans les pattes. En ce qui concerne la relation entre Bane et Dorian elle est, pour l’instant disons, purement platonique même si Dorian aime lancé des petites piques à Bane en lui faisant comprendre qu’il est attiré par elle. J’ai également bien aimé les premiers clins d’œil que l’auteure a rajoutés même s’ils auraient pu être un peu moins nombreux. Comme dans pas mal d’ubran fantasy, la mythologie est très présente dans l’univers et j’ai apprécié le mélange de la mythologie arthurienne, celtique ainsi que la présence d’Incubes et de Succubes.

La plume de l’auteure, que je lis pour la première fois, est un mélange entre simplicité, modernité et difficulté. En effet, l’auteure utilise quelques fois du vocabulaire issu du registre soutenu ce qui parfois m’a déstabilisé mais cela correspondait bien au fait que Bane est une Banshee âgée de plus de trois siècles.

En conclusion, et comme je l’ai dit, malgré les défauts que j’ai relevé, j’ai passé un bon moment entre l’Irlande et la France même s’il reste pas mal de choses à développer et à améliorer dans le second tome. J’espère que le deuxième tome remplira mes attentes.

note

3et

Charley Davidson, livre 11 : Onze tombes au clair de lune – Darynda Jones

Prix : 8.20 €(Papier), 5.99€ (Numérique)
Edition : Milady
Collection : Bit-lit
Date de sortie : 25/08/2017
Service presse Netgalley.com

resume-2

VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C’EST MOI.
D’habitude, ma journée typique comprend des maris infidèles, des personnes disparues, des hommes d’affaires véreux… et des démons, des dieux maléfiques et des gens qui sont morts. Beaucoup, beaucoup de gens morts. Désormais, je dois également apprendre à vivre avec ma nouvelle condition de déesse toute-puissante et mère de la sauveuse de l’univers. Les forces de l’enfer sont prêtes à tout pour me détruire, mais quand on est mariée au fils de Satan, difficile de ne pas tenter le diable…

avis

C’est plutôt impressionnant de se dire qu’on suit une série depuis onze tomes déjà. Bien sûr, il y a d’autres séries beaucoup plus « grosses » qui existent et que j’ai lues mais j’ai vraiment adoré et j’adore toujours chaque tome de cette série. J’ai eu de la chance de recevoir une version epub via netgalley puisque ce tome ne sort que le 24 janvier et très franchement, j’ai sauté de joie quand j’ai reçu le mail me disant que j’avais accès !

Bref, très de blabla, retrouver Charley dans ses aventures, c’était comme retrouver une meilleure amie super rigolote dont chaque pas dans sa vie est une nouvelle aventure. Le livre s’ouvre sur un petit récapitulatif sous forme de séance de psychanalyse qui nous rappelle que Charley a vraiment encore beaucoup de choses à faire avant d’être enfin en paix ! Comme dans les tomes précédents, Charley est très très occupée à gérer plusieurs affaires en même temps qui parfois se rejoignent. Pour ne citer que quelques-unes de ces fameuses affaires, Charley va s’occuper des Foster, la famille qui « volé » Reyes et l’a refilé au méchant Earl Walker, ou en tout cas elle va tenter de découvrir qui ils sont vraiment, elle va aussi tenter de démasquer un homme qui envoi des SMS très dérangeant à Amber ce qui semble indiquer qu’il la suit dans ses déplacement mais elle va aussi essayer de sauver son oncle qui risque de se faire tuer par un type bien rancunier. On avance un peu dans l’intrigue principale qui, je le rappelle, consiste à emprisonner trois dieux maléfiques et ainsi sauver Beep (parce que bah les méchants dieux veulent l’utiliser comme portail, pauvre bébé) et on avance aussi sur la réelle identité de Charley car même si on sait à ce stade de la série qui elle est, il reste encore bien des mystères notamment sur ses pouvoirs. D’ailleurs en parlant de pouvoirs, Reyes va donner de très bonnes leçons à Charley pour qu’elle maîtrise ses pouvoirs et elle se débrouille enfin pour faire ce qu’elle veut avec ! Charley a également quelques interactions avec des enfants et c’est d’autant plus déchirant qu’elle ne sait pas du tout quand elle pourra revoir son petit bébé.

Côté romance, Reyes et Charley sont toujours aussi chauds comme de la braise et toujours aussi amoureux l’un de l’autre. Je pense que Charley est définitivement la plus drôle et la plus badass des héroïnes et que Reyes est le mari le plus cool de la planète. On a également quelques scènes entre Osh, Charley et Reyes où ils parlent tous les trois de l’avenir de Beep et sa future relation avec Osh et ça promet (bon ok, c’est encore un bébé, mais Osh a l’air tellement dévoué à Beep !!). J’espère qu’après la fin des aventures de Charley, on aura un spin-off avec Beep et Osh !

Eeeeet encore un gros coup de cœur avec Charley Davidson ! C’est dingue de se dire qu’après onze tomes, j’adore et j’adhère toujours à cette saga. L’humour, l’action, la romance et le suspense sont toujours aussi présents que dans les tomes précédents. Donc voilà, c’est un livre que j’ai lu en quelques heures, il apporte certaines réponses au niveau de l’intrigue principale mais il se termine aussi sur un cliffhanger de malade ! Je pense même que c’est l’un des plus gros cliffhanger après l’amnésie de Charley !

 Et maintenant je m’en veux de l’avoir lu aussi vite parce que je veux trop la suite !

note coup-de-coeur-1

The Kingmaker Chronicles, book 2 : Breath of Fire – Amanda Bouchet

the-king-maker-trilogy-tome-2-a-breath-of-fire-870813-264-432

resume-2

SHE’S DESTINED TO DESTROY THE WORLD…
« Cat » Catalia Fisa has been running from her destiny since she could crawl. But now, her newfound loved ones are caught between the shadow of Cat’s tortured past and the threat of her world-shattering future. So what’s a girl to do when she knows it’s her fate to be the harbinger of doom? Everything in her power.

BUT NOT IF SHE CAN HELP IT
Griffin knows Cat is destined to change the world-for the better. As the realms are descending into all-out war, Cat and Griffin must embrace their fate together. Gods willing, they will emerge side-by-side in the heart of their future kingdom…or not at all.

avis

Avec cette suite, on démarre sur les chapeaux de roue, Griffin apprend et comprend enfin que Cat est bien plus que la Faiseuse de roi, elle est Beta Fisa, fille de l’Alpha Fisa, la grande méchante de l’histoire et forcément, Griffin prend plutôt mal le fait que Cat lui ai caché quelque chose d’aussi gros. Après une bonne dispute et un rabibochage rapide sous la couette (les coquins!), on entre dans le vif du sujet, à savoir défendre Sinta et attaquer Tarva.

Le premier tome a introduit le monde de l’auteure ainsi que la relation naissante de Griffin et de Cat. Dans ce deuxième tome, on plonge plus profondément dans les mythes grecs avec l’Hydre de Lerne, la toison d’or, le fil d’Ariane, des créatures mi-homme mi-cheval et plus encore, j’ai littéralement adoré la façon dont l’auteure a mixé son histoire avec les mythes ! La relation de Griffin et de Cat s’intensifie et il y a bien plus de scènes de sexe que dans le tome précédant (mais il y a une explication à ça, ouf!).

Kato, Flynn et Carver ont aussi droit à leur coup de projecteur et on en apprend plus sur eux, sur leur passé et leur relation avec d’autres personnages mais il reste encore des mystères et des secrets à dévoiler et Amanda Bouchet a l’art et la manière de susciter la curiosité et la frustration qui nous donne envie de faire un bon dans le temps pour avoir la suite.

J’ai lu ce deuxième tome sans m’arrêter, en quelques heures. Il y a beaucoup plus d’action, plus d’émotions, plus d’aventures, beaucoup plus de tout quoi et c’est vraiment pas de refus.

En bref, ce deuxième tome est un peu en dessous du premier tome puisque j’avais adoré la découverte du monde de Cat ainsi que la mise en marche du couple Cat/Griffin. Cependant, il reste un coup de cœur et j’ai encore une fois hâte de découvrir la suite et fin

note coup-de-coeur-1

Les ailes d’émeraude – Alexiane de Lys

les-ailes-d-emeraude-tome-1-574746-264-432

resume-2

A bientôt 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat où elle vit depuis l’accident qui a tué sa mère. Seule au monde est lâchée dans la ville, elle a la désagréable et persistante impression d’être suivie…

Un soir, elle est violemment agressée par deux inconnus. Très mal en point, elle est sauvée de ce mauvais pas par un mystérieux et séduisant garçon, Gabriel. Leur rencontre n’est pas un hasard. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature: elle appartient aux Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels. En pleine métamorphose, la jeune fille se lance dans cet univers totalement nouveau avec l’espoir de percer, enfin, les mystères de son passé.

avis

Je me suis laissée tenter par ce premier tome car il a été littéralement encensé par beaucoup de blogueuses et qu’il récoltait de très bonnes notes sur les sites de notation. J’en ai donc fait ma deuxième lecture de l’année.

Le résumé était plutôt intéressant, Cassiopée, une orpheline de 18 ans se retrouve obligée de quitter son refuge alors qu’elle n’a jamais vécu dehors depuis ses 6 ans. Elle fait ensuite quelques rencontres troublantes Levis Man, alias Gabriel. Il n’est pas particulièrement sympathique avec elle sauf que suite à l’une de ses rencontres avec Gabriel, des ailes lui poussent dans le dos et elle arrive carrément à voir de ses choses qu’elle n’aurait pas pu voir. A partir de là, elle va apprendre qu’un peuple d’êtres aux fines ailes, les Myrmes, et dotés de pouvoirs sensoriels existent.

 J’ai été très doucement emportée dans ce monde aux côté de Cassiopée, j’ai vraiment adoré les pouvoirs liés aux sens ainsi qu’aux animaux. L’intrigue, pas très originale mais bien ficelée tourne autour du peuple ennemi des Myrmes et l’histoire est rythmée par des trahisons, des secrets ou encore des enlèvements. Cependant, beaucoup de points sont venus assombrir ma lecture. Tout d’abord, et je m’en suis rendue compte dès le début, l’écriture est brouillonne et manque de vocabulaire, certains mots sont même carrément mal orthographiés. J’ai vraiment essayé d’en faire abstraction mais lire 700 pages mal écrites, c’est presque de la torture. Il manquait aussi énormément de verbes de parole, j’ai parfois été perdue, je ne savais plus qui disait quoi ni qui faisait quoi et pour moi les verbes de parole, c’est essentiel ! Ca rajoute du détail et de la description et nous permet aussi de vraiment plonger dans l’histoire, de s’imaginer quelle expression tel personnage a quand il parle et là, j’ai été privé de cette plongée.

Autres gros point faibles : le personnage principal ET la romance. Cassiopée est agaçante et à la moitié du livre, ses blagues ne me faisaient même plus rire et son comportement de gamine impulsive qui croit qu’elle sait tout sur tout… Arg ! J’ai fini par détester Cassiopée… mais j’ai bien aimé Gabriel même s’il est un peu trop parfait mais quand j’ai vu vers quoi pointait la romance, je n’ai pu que lever les yeux au ciel. Après un baiser ravageur, nos deux tourtereaux sont fous amoureux l’un de l’autre et que je te balance des « je l’aime » et des « je t’aime » mais d’où vient donc cet amour réciproque ? Dès le début Cassiopée déteste Gabriel mais simplement parce qu’il est beau, pouf ! Elle est amoureuse ? Sérieusement ? On peut faire plus cliché que ça, s’il vous plaît ?

En bref, ce livre a été une réelle déception à cause de l’écriture, de la romance et du personnage principal. A mes yeux, la seule chose qui sauve ce premier tome, c’est l’originalité des pouvoirs sensoriels, du peuple des Myrmes, de la mythologie qui l’accompagne ainsi que de l’intrigue.

note 2et

The Kingmaker Chronicles, book 1 : A Promise of Fire – Amanda Bouchet

27015399

resume-2

Catalia « Cat » Fisa is a powerful clairvoyant known as the Kingmaker. This smart-mouthed soothsayer has no interest in her powers and would much rather fly under the radar, far from the clutches of her homicidal mother. But when an ambitious warlord captures her, she may not have a choice…

Griffin is intent on bringing peace to his newly conquered realm in the magic-deprived south. When he discovers Cat is the Kingmaker, he abducts her. But Cat will do everything in her power to avoid her dangerous destiny and battle her captor at every turn. Although up for the battle, Griffin would prefer for Cat to help his people willingly, and he’s ready to do whatever it takes to coax her…even if that means falling in love with her.

avis

Découvert un peu par hasard dans les méandres de Goodreads, j’ai été charmée, envoûtée, tout ce que vous voulez, par le résumé qui franchement promettait un gros coup de cœur ! Et la magie a bien pris, j’ai eu effectivement un coup de cœur !

Thalyria est un pays/continent (ce n’est pas vraiment précisé) divisé en trois parties : Sinta, Fisa et Tarva. Les trois royaumes sont dirigés implacablement par une monarchie avide de pouvoir et meurtrière. Quelques temps avant le début du livre, Sinta est conquis par un seigneur de guerre voulant rétablir la paix et régner par la bonté, chose qu’aucun royaume n’a encore vu et envisagé, il place sa sœur à la tête du royaume qui devient donc Alpha Sinta tandis que lui est Beta Sinta. Sauf que celui-ci, ainsi que sa famille, sont Hoi Polloi, dépourvus de pouvoir magiques alors que les régents étaient tous des Magoi (des mages, quoi). La nouvelle monarchie a du mal à se faire obéir par les nobles Magoi et risque de se faire renverser par cette aristocratie magique. Beta Sinta, Griffin, le personnage masculin principal, va donc chercher un Magoi qui pourrait l’aider.

Cat se cache dans Sinta de ceux qui veulent l’utiliser et aussi de ceux qui l’ont torturée dans le passé. Elle est très importante puisqu’elle peut déceler les mensonges dans les paroles des autres. Ce pouvoir fait d’elle la Faiseuse de Roi (Kingmaker, héhé). Elle est obligée par Beta Sinta de quitter sa cachette et de le suivre vers Sinta City où se trouve le château de la monarchie.

Gros coup de cœur pour cette fantasy où se mêle super bien la mythologie grecque, je me suis même demandé si ce pays imaginaire ne serait pas au final très très inspiré de la Grèce antique avec bien entendu les touches de l’auteure. Il y a bien sûr les Dieux grecs très présents qui aident ceux qui le méritent mais aussi l’ancien langage des Dieux qui est en fait du grec. Bref, rien qu’avec toutes ces mentions de la Grèce antique, j’étais déjà à moitié amoureuse de ce livre.

Cat est notre personnage principal (sisi, je vous jure!) et le livre étant raconté à la première personne, on se rend très vite compte que Cat n’est vraiment pas une Magoi ordinaire. Elle est très intelligente et sait beaucoup de choses notamment sur les créatures magiques et sur la royauté de Fisa et Tarva, les royaumes ennemis de Sinta.  Elle est aussi têtue et adore tenir tête à Griffin ! Elle sauve également plusieurs fois la mise à Griffin et à la Beta Team (composée de Carver, le frère de Griffin, de Kato et de Flynn qui sont juste des amours avec Cat !), ce qui prouve qu’elle sait parfaitement se débrouiller toute seule et qu’elle est super forte, bon sang. Elle mérite la qualification de badass pour le coup ! Elle a souvent de petits monologues dans sa tête qui contredisent ce qu’elle dit à voix haute mais elle est également franche et n’hésite pas à remettre Griffin à sa place en lui rappelant des millions de fois qu’il la kidnappé. Disons qu’elle fait la part des choses, d’un côté elle n’hésite pas à mentir pour des broutilles et de l’autre est affreusement franche. Griffin, lui, est un seigneur de guerre arrogant, expert en maniement des armes et en stratégie qui obtient très souvent ce qu’il veut et à ce moment, ce qu’il veut, c’est Cat (dans euh… tous les sens du terme). L’alchimie et la tension entre Griffin et Cat est palpable dès les première pages et waouh Cat et Griffin vont super bien ensemble. Griffin est la force brute tandis que Cat est la force posée, réfléchie et la force magique.

Ce premier livre nous fait découvrir le monde mythologique de l’auteure mais aussi la relation qui grandit entre Cat et Griffin. Il pose les bases d’une intrigue qui va surement tourner autour des trois royaumes et des conquêtes de ces trois royaumes ainsi qu’accessoirement, l’affrontement entre Cat et la cruelle Alpha Fisa.

En conclusion, c’est un sans-faute pour moi ! Ce premier livre rassemble tous les éléments d’une saga fantasy addictive : des pouvoirs mystérieux, un homme mystérieux, une jeune fille au passé trouble, un pays divisé, bref, j’ai passé un très bon moment avec Cat et Griffin et j’ai hâte d’en découvrir plus dans le deuxième tome !

note coup-de-coeur-1

A court of mist and fury – Sarah J. Maas

a-court-of-thorns-and-roses,-tome-2---a-court-of-mist-and-fury-727390-250-400

Feyre survived Amarantha’s clutches to return to the Spring Court–but at a steep cost. Though she now has the powers of the High Fae, her heart remains human, and it can’t forget the terrible deeds she performed to save Tamlin’s people.
Nor has Feyre forgotten her bargain with Rhysand, High Lord of the feared Night Court. As Feyre navigates its dark web of politics, passion, and dazzling power, a greater evil looms–and she might be key to stopping it. But only if she can harness her harrowing gifts, heal her fractured soul, and decide how she wishes to shape her future–and the future of a world cleaved in two.
With more than a million copies sold of her beloved Throne of Glass series, Sarah J. Maas’s masterful storytelling brings this second book in her seductive and action-packed series to new heights.

Grosse surprise avec ce second tome ! Si vous n’avez pas aimé le premier tome à cause de Tamlin… N’abandonnez pas et lisez ce tome, car il est encore mieux que le premier. Je l’ai déjà relu deux fois et en écrivant cette chronique, j’ai bien envie de le relire une troisième fois !

Nous avons laissé Feyre juste après qu’Amarantha soit tuée. Feyre a changé, elle se sent plus forte et veut combattre auprès de Tamlin. Malheureusement, Tamlin a lui aussi changé et devient surprotecteur ! A tel point que Feyre se sent étouffée et il y a de quoi ! C’est là qu’intervient Rhysand !

Le premier tome était concentré sur Tamlin et avec ce remake de la Belle et la Bête, nous avions un amour pur entre Tamlin et Feyre. Ce second tome est sombre et Rhysand est bien plus présent (vous verrez pourquoi si vous lisez ce tome, ahah !) Les révélations s’enchaînent et on comprend certaines choses qui se sont passées dans le premier tome. Vous risquez également de détester Tamlin qui aveuglé par l’amour veut à tout prix enfermer Feyre dans une tour d’ivoire. Mais j’ai bien envie de lui pardonner, il est traumatisé tout comme Feyre.

J’adore les bouquins où l’héroïne devient plus forte au fil des tomes et même si dans le premier tome Feyre n’était pas si faible que ça, là, elle s’affirme vraiment et après à se servir de ses nouvelles forces.

Le tome se termine sur un final explosif et ne promet qu’une seule chose : une suite épique ! D’autant plus que l’auteure prévoit pas moins de six tomes !

Il est difficile de faire une chronique sur ce bouquin tant il est épais et tant il y a de révélations, j’ai même l’impression d’en avoir trop dit… En bref, j’avais adoré le premier tome et malgré un virage à 180°, j’ai eu un gros coup de cœur pour Rhys et ses amis. J’ai également bien envie de dire que les histoires qu’écrit Sarah J. Mass sont de véritables chefs d’œuvres !

Je ne sais pas si cette saga verra le jour en VF mais la VO reste plutôt abordable et puis si vous avez réussi à lire le premier tome en VO, lancez-vous dans celui-ci !

 

Dragon de glace – George R.R. Martin

dragon-de-glace-677389-250-400

Le dragon de glace est une créature légendaire ne laissant dans son sillage que peur et désolation. Il est si terrifiant qu’aucun homme n’a jamais réussi à le dompter. Pourtant Adara n’a pas peur : le dragon a toujours fait partie de sa vie. Tous les deux vont sauver le monde de la destruction.

C’est sur une étagère bien dissimilée dans ma bibliothèque municipale, que j’ai découvert ce mignon petit livre écrit par George R.R Martin.

Lu en moins d’une heure (seulement 113 pages avec beaucoup d’illustrations), j’ai été charmée dans le monde de Game Of Thrones sans pour autant être submergée par les meurtres si chers à Monsieur Martin. Et c’est pourquoi j’ai trouvé ce petit conte bien loin de l’univers cruel de Game Of Thrones mais qu’on reconnait tout de même grâce à l’hiver rude et au dragon.

On suit les premières années d’Adara, petite fille née dans le froid de l’hiver et froide tant physiquement que mentalement. C’est grâce à son allié de l’hiver, le dragon de glace, qu’elle va porter secours à sa famille.

En soi, l’histoire est courte et se laisse lire mais elle ne nous donne pas le temps de nous attacher aux personnages. Cependant, il y a un petit quelque chose, peut-être est-ce ce dragon de glace ou cette petit fille courageuse, qui m’a fasciné et m’a donné envie de continuer de lire.

Les illustrations de Luis Royo sont juste magnifiques et ajoute un vrai plus à ce livre. Par contre, si vous n’êtes pas un fan inconditionnel de Game of Thrones et de la plume de George R. R. Martin, pas sûre que ce livre vous plaise.

Melena Sanders, tome 1 : Hantée par les ténèbres – Susan Illene

sensor,-tome-1---darkness-haunts-779006-250-400

Melena Sanders a mené bien des combats dans l’armée, contre les rebelles et les terroristes, mais la voilà face à une nouvelle menace. Sa meilleure amie, Aniya, a disparu lors d’un voyage à Fairbanks, en Alaska – un sanctuaire du surnaturel. La plupart des êtres humains ignorent que de sombres créatures rôdent parmi eux, mais pas Mel. Si elle veut retrouver son amie, elle va devoir affronter le danger seule – mais pas désarmée.
Melena possède quelques atouts autres que les acquis de l’armée, mais elle va devoir rapidement trouver une solution qui leur éviterait à son amie et elle de mourir. Une guerre est sur le point d’éclater à Fairbanks entre les différentes puissances et elle n’a pas d’autre choix que de plonger en plein dans l’action.

Ce bouquin est vraiment une surprise pour moi. Je suis une grande fan d’urban fantasy (Kate Daniels et compagnie) et j’étais vraiment contente de découvrir une nouvelle saga. Bon, j’étais d’abord sceptique vis-à-vis de la maison d’édition du livre, mais l’histoire m’a vite fait oublier ce minime détail.

Si vous cherchez une romance, on ne peut pas dire que ce soit le thème principal de ce premier tome. Bien sûr, il y a une flopée de prétendants pour Melena mais ce n’est que secondaire et je pense que c’est un très bon choix de la part de l’auteure. Par contre, si vous cherchez une histoire mêlant vampires, loups garous, anges et fées, c’est pour vous ! L’héroïne n’est pas surpuissante et même si elle sait se battre, elle reste humaine. Malgré son humanité, Melena part souvent la tête la première vers les ennuis et ce pour aller sauver ses amies. Pour ensuite se faire sauver par Lucas et ses autres soupirants. J’ai trouvé ça mignon la première fois mais j’ai eu envie de donner des claques à Melena par la suite !

Autre point positif, au moment des bagarres, il y a très peu de blabla pour expliquer l’histoire du comment et du pourquoi les surnaturels existent (ce qui est plutôt commun dans les autres livres d’urban fantasy). L’histoire reste donc très dynamique ! Le seul point négatif que j’ai pu relever ce sont les ellipses qui auraient mérité de ne pas être des ellipses justement. Surtout celle concernant la relation entre Derrick et Melena qui évolue mais qui n’est pas expliquée.

L’histoire est plutôt intéressante pour un premier tome et même si je me suis doutée de la fin, j’ai passé un très bon moment aux côtés de Melena. C’est donc un bon début de saga et me donne très envie de continuer la saga qui est disponible en VO pour le moment.